Aller au contenu

Panaris



Diagnostic clinique : évolution en 3 stades

Stade d’inoculation
Souvent méconnu
Douleur rapidement calmée

Stade phlegmasique
Signes inflammatoires locaux (œdème, rougeur chaleur)
Pas de signes généraux d’infection
Douleur spontanée, mais absente la nuit

Stade de collection
Tuméfaction locale rouge, chaude, tendue
Signes généraux ( fièvre, lymphangite, adénopathies)
Douleur intense, pulsatile, permanente, insomniante




Formes cliniques

Panaris superficiel
Dans l’épaisseur du revêtement cutané
Classique panaris péri-unguéal ou
perionyxis
Panaris
phlycténoïde à la face palmaire du doigt
Panaris
anthracoïde, si centré par un follicule pileux

Panaris sous-cutané
Peut toucher indifféremment une phalange
Panaris de la pulpe +++
Très douloureux
Augmentation de volume


Examens complémentaires (facultatifs)

Biologique
NFS (hyperleucocytose, hyperpolynucléose)
Glycémie (bilan diabète)

Bactériologique
Prélèvement du pus

Radiologique
Recherche de corps étranger
Signes d’ostéite ou arthrite


Traitement

Stade d’invasion
Bains antiseptiques (Hexomedine transcutanée, 20mn x 6/jour)
Antibiothérapie si terrain fragilisé
Surveillance : clinique … et régulière (but = éviter la chirurgie)

Stade de collection
Chirurgical : excision de tous les tissus nécrosés ou purulents
Anesthésie loco-régionale (à distance du foyer infectieux)
Antibiotiques si prélèvement bactériologiques … et pour 8 jours
Antibiothérapie systématique si
Signes de diffusion
Morsures animales (penicolline, tétracyclines)
Nourrisson (risque de staphylococcie pleuro-pulmonaire)
Valvulopathes ou porteurs de prothèses (risques d’endocardite …)
immunodéprimés

Perionyxis
Ablation d’un croissant de peau
Respecter le bord de l’ongle
Nettoyage
Cicatrisation dirigée
Pas d’antibiothérapie si excision radicale

Panaris sous-unguéal
Incision uni ou bilatérale
Soulever l’ongle et les replis unguéaux
Préserver la matrice unguéale
Résection de l’ongle soulevé du lit
Cicatrisation dirigée
Pas d’antibiothérapie si excision radicale

Panaris pulpaire
Excision complète
Incision latérale (pas d’incision de la pulpe = cicatrice douloureuse !!!)
Abord latéral du panaris, puis lavage
Pas de fermeture cutanée

Prophylaxie antitétanique

Pas d’antibiothérapie si excision radicale

Panaris péri-unguéal au stade d’invasion
Traitement initial : bains Hexomedine transcutanée

Panaris péri-unguéal au stade collecté

Traitement : parage – prélèvement – Antibiotique

La plaie est laissée en cicatrisation dirigée

Aspect à 1 mois


Evolution

Stade initial
Résolution en 48 – 72 h

Stade collecté
Cicatrisation en 2 – 3 semaines

Récidive = traitement insuffisant

Panaris négligé = diffusion osseuse, articulaire ou gaines


Copyright Ph. Pélissier, 2007

Retourner au contenu | Retourner au menu